Dictature – mode d’emploi, l’humour en bonus. Un album pétillant de Florentina Postaru et Serge Bloch

Peut-on parler d’un humour d’inspiration roumaine ? Situations cocasses et ironie sans mordant font ressortir le comique absurde de toute une époque. A l’instar de ce délicieux tableau de rue où, en hiver, en prenant exemple sur le couple des dictateurs, tout un chacun baladait fièrement son animal hissé sur la tête : des chapkas de mouton, un renard blanc en guise de jolie coiffe, des lapins blancs qui jaunissent…Florentina Postaru et Serge Bloch signent ensemble un ouvrage pétillant d’esprit, mode d’emploi du quotidien sous un régime totalitaire, raconté à hauteur d’enfant.

#morceauxchoisis Mircea Cărtărescu, Tout

Long poème paru en 1985, "Tout" contient in nuce les obsessions envoûtantes, les grands thèmes que l’écrivain roumain Mircea Cărtărescu va développer ultérieurement dans son époustouflante œuvre romanesque, de la même fibre que celle d’un Borges et le même souffle que celui de Proust. Extrait du recueil traduit par Nicolas Cavaillès.

#onYva « Naissance de la violence », première mondiale en France. Le Festival Europalia

Ioana Păun: "J’ai voulu m’approcher des personnes radicalisées en utilisant les instruments qu’on maîtrise le plus dans le théâtre : l’imitation et l’empathie. Le spectacle aborde la difficulté de l’Ouest civilisé à gérer les moments où son équilibre est déstabilisé, ainsi que le refus de l’Europe sécularisée de sympathiser avec les plus monstrueux d’entre nous."

EN INFRAROUGE. Un poème de Paul Vinicius

Les poèmes de Paul Vinicius, traduits du roumain par Radu Bata pour Jacques André éditeur, ont la joyeuse audace de nous jeter à la figure cette vérité sans reste: si éphémères, nous sommes de splendides archéologues du futur.

« Solénoide est avant tout un grand cri de révolte contre la mort : déchirant ! » Entretien avec Laure Hinckel, traductrice de Mircea Cărtărescu en français

- Qu’est-ce qui fait que lorsqu’on commence à lire quelques pages de Mircea Cărtărescu, on se retrouve happé par le texte au point de ne plus le lâcher? Laure Hinckel: "Il est certain que dans le cas de ce livre, Solénoïde, on n’est pas devant un objet marketé, au texte préfabriqué de manière à ce que chaque rebondissement vous pousse à tourner la page. Non, ce qui vous entraîne, je crois que c’est le caractère incandescent du texte. Ce sont des choses évanescentes, qu’il est difficile de définir. Un professeur attrape des poux à l’école, au contact de ses élèves. Il a une façon charnelle de parler des choses, d’entrer dans les détails qui a deux effets : ça fait peur et en même temps ça vous accroche. Toutes les sensations subtiles, physiques, que cet homme éprouve chaque jour... Il y a énormément de beauté là-dedans."

« La fabrique de la fiction » avec Sylvie Germain. Les entretiens FILIT

Livre après livre, férue de questionnements philosophiques et de poésie, Sylvie Germain continue d’explorer les « décombres de la mémoire » et de déployer son écriture subtile dans des « livres coquillages », envoutants par leurs murmures. Alors qu’elle venait tout juste de remettre le manuscrit Le vent reprend ses tours (Albin-Michel, 2019), nous l’avons rencontrée au Festival International de Littérature et de Traduction FILIT de Iasi, au Nord-Est de la Roumanie – pays choisi comme décor pour son dernier titre. Sous le grand chapiteau des écrivains, que FILIT plante chaque octobre depuis sept années au cœur de cette ville de l’Est de l’Europe, voix posée, regard bleu et carnet plein d’impressions, la romancière évoque les surprises que lui réserve le processus d’écriture, ses poètes de prédilection ou encore sa passion pour le roumain Gherasim Luca, « fou génial ». « La fabrique de la fiction » avec Sylvie Germain, dans Les entretiens FILIT.

Vive la France! Et vive…Iași! Entretien avec Vincent Lorenzini, directeur de l’Institut Français de Iași

Pour célébrer la Fête Nationale de la France, Zoom France Roumanie vous invite à découvrir le portrait d’un Français qui se plaît à Iași, a appris la langue de…Ion Creangă, aime la cuisine roumaine et les jolies maisonnettes de Țicău. Au menu - la francophonie et la Saison France-Roumanie aussi, et encore d’autres découvertes qui nourrissent le dialogue historique entre les deux pays, bien vivant de nos jours. Vincent Lorenzini, directeur de l'IF de Iasi. Entretien.

« J’aime faire des photos avec des mots ». Rencontre avec Doina Ioanid, poète et glaneuse.

J’ai rencontré Doina Ioanid, poète roumaine, née en 1968 à Bucarest, au 37e Marché de la Poésie. "Le bazar de la glaneuse" s’est ouvert à nous et, de Paris, Doina Ioanid nous a téléportée dans les rues de Bruxelles, pour émousser nos talons sur la pierre cubique, pour dénicher des histoires et écumer leur poésie. Grand entretien.

« Bucarest se mérite ». Grand entretien avec Grégory Rateau, journaliste, voyageur, écrivain.

« Bucarest se mérite », assène Grégory Rateau et on ne peut que le croire sur parole. Installé dans la capitale roumaine depuis quelques années, le rédacteur en chef du média "LePetitJournal.com Bucarest" se fait un plaisir de rencontrer des gens, de dénicher des coins de charme, de mettre des mots inspirés sur ses émerveillements ou ses déceptions... Lire la Suite →

Une randonnée exploratrice à Iași

"Les Musées littéraires de Iași. Une randonnée exploratrice" de Jan H. Mysjkin a le charme intime d’un journal de voyage, le sérieux d’un traité d’histoire littéraire et la vivacité d’un reportage géopoétique. 

Zoom sur Bucarest, « la mal aimée », au Salon du livre des Balkans

« Aimer Bucarest n’est pas chose aisée. Trop d’épisodes sombres ont marqué son histoire et déformé son aspect pour garder intactes les disponibilités affectives de ses habitants. […] Bâtie au milieu d’une vaste plaine, sujette aux rudesses d’un climat continental, la capitale roumaine semble posée sur des sables mouvants. »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :