Cadres de mémoire. Des objets qui (nous) parlent

afis Cadres de mémoire final

Comment les objets nous définissent-ils? Comment évoquent-ils la spécificité d’un parcours, l’unicité d’une personne ? Que révèlent-ils de notre appartenance à un univers culturel, de la relation que nous avons avec cet univers – qu’il soit ancré dans la société d’origine ou dans la société d’adoption ?

Les objets que l’on doit sauver, tout comme les objets que nous offrons, sont sans doute porteurs de sens. Ils peuvent susciter des questions sur la mémoire, sur le changement (de l’évolution des goûts jusqu’aux changements personnels plus profonds), sur la relation à nos semblables. Leur extériorité reflète la façon dont se déplacent nos frontières intérieures.

Une vingtaine d’auteurs d’origine roumaine, contraints à l’exil ou qui ont choisi de vivre dans un autre horizon, ont été invités à rédiger un texte sur le thème de « l’objet en exil ».

Du diplôme confisqué à la douane au petit miroir de poche gardé presque inconsciemment dans un sac à main, les objets évoqués par les auteurs prennent du poids et du sens grâce aux récits de vie, autant d’objets-réflexion qui structurent notre mémoire.

Écrits, photographies et objets se font écho pour illustrer concrètement et symboliquement – à travers une vingtaine d’affiches – l’expérience de la migration, de l’appartenance et de la mobilité culturelle. Si la date-frontière de 1989 structure l’ensemble de l’exposition, au plan individuel la rupture se compte à partir de l’année de départ de chaque auteur.

Ont signé des textes : Gabriel Badea-Păun, George Banu, Florin Bican, Rodica Binder, Olimpia Bogdan-Verger, Angela Bratsou, Jan Cornelius, Dinu Flămând, Cătălin Dorian Florescu, Anca Fronescu, Dana Grigorcea, Cristina Ion, Jozefina Komporaly, Gabriela Lupu, Norman Manea, Axia Marinescu, Andrei Mihăilescu, Basarab Nicolescu, Ovidiu Nimigean, Cătălin Pavel, Cristina Simion, Irina Teodorescu .

curatori conferentiari

Lors du vernissage à Paris (le 29 novembre 2017), deux personnalités, française et roumaine, ont dialogué autour des objets en exil : la philosophe Barbara Cassin  et Catalin Pavel, écrivain et archéologue, ont présenté des objets-récits, autant de possibilités du vivre-ensemble, au-delà des frontières de langue, d’histoire personnelle ou de culture.

Les textes des auteurs participants ont été publiés intégralement en version roumaine dans 4 numéros consécutifs de la revue Dacia literară, en 2016.

L’Exposition Cadres de mémoire. Des objets qui (nous) parlent est un projet itinérant, conçu par le Musée National de la Littérature Roumaine de Iasi, coordonné par Monica Salvan et Cristina Hermeziu, et illustré par Corneliu Grigoriu, graphiste.

A Paris l’exposition a été accueillie du 29 novembre 2017 au 05 janvier 2018 à la Galerie d’art „Rue de l’Exposition” de l’Institut Culturel Roumain, 75007.

Zoom France Roumanie vous propose de découvrir une fois par semaine un objet subjectif issu du projet « Cadres de mémoire. Des objets qui (nous) parlent ».

Carte Blanche aux écrivains qui ont ouvert leurs valises et ont fouillé dans leur mémoire affective…

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :