#morceauxchoisis Gellu Naum, La Voie du Serpent

gellu naum la voie du serpent

De temps en temps

 De temps en temps je note

deux-trois mots pour ne pas les oublier

puis dans une corbeille tressée

sur le lit à l’ombre je me couche et j’attends

 

quelque temps après s’approche quelqu’un

me couvre de ses ailes me chante mes mélodies préférées

s’étonne toute seule « dans quel monde vis-tu »

puis me berce de nouveau nani-nani elle m’irrite

jusqu’à ce qu’il fasse noir que nous soyons prêts pour le soir

et que passe le chien sans tête

 

chambre 417

Poème extrait du recueil Gellu Naum, La Voie du Serpent, préface et traduction du roumain par Sebastian Reichmann, éditions Non Lieu, 2017. Illustration de la couverture : Cristina Passima ; 210 pages, 18 €.

Gellu Naum (1915-2001) fut l’initiateur et le principal représentant du surréalisme dans les lettres roumaines. Ami de Victor Brauner. Ont été traduits en français : Mon père fatigué, Arcane 17, 1983 ; Zenobia (« rhoman »),Calmann-Lévy, 1995 ; Non Lieu, 2015 ; Discours pour les pierres, L’Age d’homme, 2002

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :