Distances rapprochées. Tatiana Țîbuleac

Quelles formes insolites ont pris nos confinements ?

Parfois, derrière les masques, des barrières sont tombées.

Pour redéfinir la proximité et les relations, les liens et les distances engendrés ou abimés par la pandémie, Zoom France Roumanie donne la parole aux écrivains et aux artistes. Ce sont eux – créateurs de tous bords – les sismographes les plus subtils et les plus sensibles de nos temps si fragiles.

Conçu comme une suite d’échanges littéraires à distance, le projet Distances rapprochées met en place un dialogue inédit au croisement des deux cultures : sans forcément se connaître, en prenant chacun la parole à tour de rôle, les écrivains français et roumains invités se donnent virtuellement la réplique les uns aux autres. Un imaginaire commun se dessine, des liens se tissent et les distances se rapprochent grâce à cet espace littéraire partagé.

Sont déjà entrés en dialogue : Ana- Maria Sandu, Cécile Ouhmani, Lavinia Bălulescu, Thierry Clermont, Veronica D. Niculescu, Raluca Antonescu.

En septembre, c’est la romancière roumaine Tatiana Țîbuleac qui rapproche les distances sur Zoom France Roumanie, à travers un texte bouleversant et inclassable, à mi-chemin entre le témoignage et la poésie.

Tatiana Țîbuleac vu par ©Ambroise Tézenas
Tatiana Țîbuleac vue par ©Ambroise Tézenas

de nouvelles preuves d’amour

La distance signifie prendre soin,

c’est écrit dans les gares, les stations, sur le ventre antiseptique des bus, sur les ambulances, sur les pas rouillés, qui ne savent plus marcher, mais qui ont appris à écouter. Comme si d’un jour à l’autre j’avais oublié le sens des mots et maintenant je dois les apprendre à nouveau, l’un à la place de l’autre, cette fois-ci (encore) mieux, pour (encore) plus de temps. Une langue soumise, sans verbes, mais avec beaucoup de ressenti. Une langue pour des gens bien, qui ne vivent pas que pour eux.

touche  ris  embrasse  danse

protégé  responsable  solidaires  confinement

Je suis devenue une gens bien. C’est simple.

Un chemin non parcouru, un visage couvert, une non-caresse,

les nouvelles preuves d’amour.

La distance signifie prendre soin,

des années où j’ai gardé la distance. Par timidité ou arrogance, par pitié ou vengeance.

Hommes, loi, Dieu. Un chemin qui ne m’a amenée nulle part, mais que j’ai parcouru avec mes dernières forces. Je pense à l’amour, à l’argent, aux extravagances, à tout ce qui est resté en profondeur et loin. Je pense à Papa, qui est mort seul. Tout un catalogue de choses qui je n’ai pas accomplies. Autant de soins inutilisés.  

La distance signifie prendre soin,

les enfants ont appris de nouveaux mots et les essayent sur moi.

Ils sont petits et chauds, deux antidotes.

Prendre soin c’est pour les mères, je leur dis, apprenez les verbes.

Prendre soin c’est pour les mères.

(traduction du roumain par Luca Hermeziu )

Notice bio

Ecrivaine roumaine, Tatiana Țîbuleac est née à Chișinău, en République de Moldavie. Alors qu’elle était journaliste dans l’audiovisuel, elle décide de s’installer en France, en quête d’anonymat – « le plus beau cadeau pour l’écriture ».

Paru en 2017 en roumain et distingué par le Prix de la revue littéraire Observator cultural, « L’été où maman a eu les yeux verts » est son premier roman traduit en français par Philippe Loubière pour les éditions des Syrtes. Son deuxième titre, « Le jardin de verre », a reçu le prix de l’Union Européenne de littérature en 2019 et a été publié en français en 2020.

Le projet « Distances rapprochées-ZFR » est soutenu par :

Partenaire:

2 commentaires sur “Distances rapprochées. Tatiana Țîbuleac

Ajouter un commentaire

  1. Tatiana țîbuleac. je lis pouor la premiere fois quelques pages thematisant la solitude, la distance imposee par des situations accablantes, … une derive des coeurs…de sentiments, necessite d expliquer et de se rendre efficace dans la communication peu commune sur ce sujet. D ou le texte livre en miettes, en zig – zague, permettant au lecteur de s appercevoir de l emotion ressentie par la mere vis a vis de ses enfants;
    La frustration, un passe un peudechirrant rend d autant plus cruelle la detresse de chaque moment. tres concrete, presque palpable.

    Aimé par 1 personne

    1. Je vous remercie pour votre lecture si sensible. De tels textes rendent non seulement la distance palpable mais le rapprochement également … Heureusement, d’ailleurs.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :