Vive la France! Et vive…Iași! Entretien avec Vincent Lorenzini, directeur de l’Institut Français de Iași

Pour célébrer la Fête Nationale de la France, Zoom France Roumanie vous invite à découvrir le portrait d’un Français qui se plaît à Iași, a appris la langue de…Ion Creangă, aime la cuisine roumaine et les jolies maisonnettes de Țicău. Au menu - la francophonie et la Saison France-Roumanie aussi, et encore d’autres découvertes qui nourrissent le dialogue historique entre les deux pays, bien vivant de nos jours. Vincent Lorenzini, directeur de l'IF de Iasi. Entretien.

Publicités

« J’aime faire des photos avec des mots ». Rencontre avec Doina Ioanid, poète et glaneuse.

J’ai rencontré Doina Ioanid, poète roumaine, née en 1968 à Bucarest, au 37e Marché de la Poésie. "Le bazar de la glaneuse" s’est ouvert à nous et, de Paris, Doina Ioanid nous a téléportée dans les rues de Bruxelles, pour émousser nos talons sur la pierre cubique, pour dénicher des histoires et écumer leur poésie. Grand entretien.

« Bucarest se mérite ». Grand entretien avec Grégory Rateau, journaliste, voyageur, écrivain.

« Bucarest se mérite », assène Grégory Rateau et on ne peut que le croire sur parole. Installé dans la capitale roumaine depuis quelques années, le rédacteur en chef du média "LePetitJournal.com Bucarest" se fait un plaisir de rencontrer des gens, de dénicher des coins de charme, de mettre des mots inspirés sur ses émerveillements ou ses déceptions... Lire la Suite →

Une randonnée exploratrice à Iași

"Les Musées littéraires de Iași. Une randonnée exploratrice" de Jan H. Mysjkin a le charme intime d’un journal de voyage, le sérieux d’un traité d’histoire littéraire et la vivacité d’un reportage géopoétique. 

Zoom sur Bucarest, « la mal aimée », au Salon du livre des Balkans

« Aimer Bucarest n’est pas chose aisée. Trop d’épisodes sombres ont marqué son histoire et déformé son aspect pour garder intactes les disponibilités affectives de ses habitants. […] Bâtie au milieu d’une vaste plaine, sujette aux rudesses d’un climat continental, la capitale roumaine semble posée sur des sables mouvants. »

L’Incontournable «Histoire de la Transylvanie » par Ioan-Aurel Pop et Ioan Bolovan

Au cœur de la Roumanie, la Transylvanie. Ce nom à résonance historique et mythique à la fois parle de lui-même, surtout à travers sa belle étymologie : « Transylvanie » désigne un pays qui se trouve « au-delà (« trans ») de la forêt (« silvam ») ». L’expression est apparue en 1075, pour la première fois, dans une charte écrite en latin, et sous une forme archaïque : « ultra silvam ». On peut lire ces détails émouvants dans un excellent ouvrage, incontournable pour tout lecteur qui aimerait apprendre plus sur la Roumanie centenaire : Histoire de la Transylvanie par Ioan-Aurel Pop et Ioan Bolovan, traduit du roumain par Liana Lapadatu, pour les éditions Raphael de Surtis.

#entretien Un conte roumain malicieux et…féministe : « La jeune fille plus sage que le juge »

À 20 ans d'intervalle, Albin Michel Jeunesse décide de rééditer un très beau conte traditionnel roumain, "La jeune fille plus sage que le juge." Revisitée par Mariana Cojan Negulescu, cette histoire malicieuse prend la forme d’un album merveilleux, avec de nouvelles illustrations, fraîches et gaies, signées par Cécile Becq. Un conte féministe ?

#onYva Les rencontres CentRoArt à Versailles

Plusieurs rencontres littéraires ont lieu à l’Université de Versailles à l’occasion de la célébration du Centenaire de l’Union de la Roumanie 1918-2018, dans le cadre du projet interculturel CentRoArt conçu par l’Association Bibliopolis de Bistrita, avec le soutien du Ministère de la culture et de l’identité nationale de Roumanie.

Le numéro 15 de « Levure littéraire » sera consacré à la FEMME

"THÉMATIQUE: LA FEMME EN TOUTE IN-QUIÉTUDE! Pistes à suivre : La femme, au pluriel, la femme, au singulier. L’être-femme et sa raison d’être. L’être femme dans différentes époques et sous toutes ses facettes: mère, épouse, fille, compagne, amie, muse, cible, esclave, adversaire, ennemie. Le bon/mal - heur d'être femme. La femme tout simplement..."

#carteblanche Dana Grigorcea, Cadres de mémoire

Dana Gricgorcea: "Je ne m’y connais pas vraiment en cadeaux spécifiques à mon pays, à part les fromages – j’apporte de la « brânza de burduf » ou de la « telemea » en Suisse et j’emmène du Gruyère surchoix en Roumanie - et des desserts..."

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :