#morceauxchoisis URMUZ

Urmuz (1883-1923). Rendues en français par Nicolas Cavaillès, élégamment habillées par les éditions Marguerite Waknine, ses pages bizarres gardent une modernité inaltérable qui mélange révolte, stupeur et émerveillement. Morceaux choisis:

Publicités

#onYva „Mondes” par Alexandra Badea, au Théâtre de la Cité Internationale

Jusqu'au 23 mars. Sur la scène, l’autrice et le guitariste Benjamin Collier. Du bout de ses doigts qui parcourent le clavier, Alexandra Badea réagit en direct à ce qu’elle vient de lire, ajuste le récit et le fait progresser. L’écriture en train de se faire est projetée sur un écran. Elle tente de transcender le réel, d’embarquer l’histoire dans une fiction poétique.

Quand Savatie Bastovoi pèse l’âme du monde

Un doux écho de Tolstoi - celui de La Résurrection - traverse délicatement les pages de ce roman social violent et drôle où, sous la plume d’un écrivain-moine, les plus démunis de la vie s’avèrent être des miraculés.

#carteblanche Claudiu Komartin, le maître d’un art moribond

(vreau să te cred când spui) / că va veni cineva / cu un zâmbet perfect / și cu gesturi definitive / o insectă cu suflet de doică / să mă-mpingă spre ziua de mâine / cum duci un cal dărâmat de tristețe / seara    către abator

#lesbonnesfeuilles Le charme âpre de Tatiana

Tatiana Tibuleac sait peindre en filigrane la rage qui s’adoucit, sans diminuer pour autant la tension de l’écriture, sans édulcorer ni la sort des personnages, ni les mots qui la disent. C’est le charme âpre de cette jeune écrivaine déjà mûre, impitoyable, manipulatrice et séduisante dès ses premières lignes. Preuve à l’appui :

#chronique Un train pour « La Septième partie du monde »

Histoire d'amour et "road movie" philosophique sous la forme d'une merveilleuse relation épistolaire. Ce roman est une bouleversante initiation à l’art des amours perdues et à la mythologie des séparations.

#événement Zoom France Roumanie « Marathon de lecture »

Poussez les portes. Parce que la littérature est un espace libre et les poètes ont une voix. Marathon de lecture avec: Magda Carneci Maria Raluca Hanea Claudiu Komartin Jan Mysjkin Irina Teodorescu Tatiana Țîbuleac Vitalie Vovc

#Zoom sur CelebRo et click sur le Paris des Roumains. Entretien avec Maria Smaranda, l’initiatrice du projet

Sept jeunes "anonymes" développent à Paris l'application CelebRo, destinée à géolocaliser le patrimoine culturel roumain, trop peu connu, de la capitale française. "Nous ne voulons pas idéaliser l'image de la Roumanie dans le monde, mais mettre à disposition certaines informations qui peuvent donner une perspective différente sur l'histoire et sur le rôle de chacun." Entretien.

#chronique Marta Petreu: paysage de vie et de mort, le destin en point de fuite.

Dépaysez-vous: rural et métaphysique, le roman de Marta Petreu a la force tellurique d'une plaine roumaine ravinée par la boue et le péché, et la transparence mystique d'un ciel qui ne pardonne pas les désamours.

#carteblanche Cristina Ion, Cadres de mémoire

Je n’ai jamais émigré. Voilà vingt ans que je vis en France, et pour autant je n’ai jamais quitté la Roumanie avec l’idée de ne plus revenir. Je n’ai pas déménagé, je n’ai pas changé d’adresse, je n’ai pas fermé la porte à clé derrière moi. Pourtant, progressivement, sans que ce soit un acte conscient, de rupture, l’émigration s’est insinuée en moi. En aucune circonstance, je n’ai été obligée de me défendre, de me justifier ou de me cacher. Le réflexe de l’étranger confronté à l’exclusion et aux préjugés du pays d’accueil m’est inconnu.

Cadres de mémoire. Des objets qui (nous) parlent

Comment les objets nous définissent-ils ? "Zoom France Roumanie" vous propose de découvrir une fois par semaine un objet subjectif issu du projet « Cadres de mémoire. Des objets qui (nous) parlent ». Carte Blanche aux écrivains qui ont accepté d’ouvrir leurs valises et de fouiller dans leur mémoire affective…

#morceauxchoisis PLACINTA AU POTIRON par Radu Anton Roman

Qui ne mange pas de placinta le samedi de Placinte, avant le carême de Pâques, tombera de l’arbre.

Louis Monier : « Mes photos sont des interviews photographiques »

Louis Monier, "le pickpocket de l'âme". A travers sa mémoire affective et "argentique", on découvre un véritable patrimoine : chaque cliché a une histoire, et c’est toute l’histoire du milieu littéraire et culturel français des années 1970 qui se déroule devant nous, sur la pellicule de ses souvenirs empreints d’amour pour les écrivains et de tendresse pour son métier. Entretien.

#chronique „Epopopoèmémés” et autres trébuchements de Sanda Voica

Est-ce que c’est fait exprès ? Imprononçable, le titre du recueil de Sanda Voïca pose d’emblée un défi. Incertitudes, trébuchements, bégaiements, on les cache, on ne les exhibe pas, n’est-ce pas ? Les failles, ce n’est l’affaire de personne. Sauf si c’est de la poésie. Les impossibles Epopopoèmémés (éditions Impeccables) en sont la preuve : en poésie, rien de ce qui fait buter n’est perdu.

#morceauxchoisis Aurora Cornu, Les nuits des abandonnés

Va-t’en, te dis-je, et tout sera ainsi :/ Sans savoir tu bâtiras maison/ sur mon souvenir ; tu bâtiras une ville/ sur mes paroles. – J’habiterai dedans./

#morceauxchoisis Mihail Sebastien, Promenades parisiennes et tramways bucarestois

Pour ce que l’on pourrait appeler la « psychologie de la rue », ce contraste entre tramways bucarestois et parisiens revêt une signification savoureuse. 

#lesbonnesfeuilles Frôler le bonheur avec « Celui qui comptait être heureux longtemps »

C'est avec une grâce irréelle que le nouveau roman d’Irina Teodorescu fait valser nos intransigeances et nos choix impossibles, nos bonheurs et nos culpabilités par temps noir de dictature.

Livre Paris 2018 ? #Onyva, bien sûr ! En attendant…

Écrivains, éditeurs, traducteurs, critiques littéraires, journalistes, lecteurs, livres…vus par l’artiste photographe Mihail Cratofil. Album.

#Onyva « I like the blues jazzy »

"I like the blues jazzy" a dit Kimberly Gordon et on a aimé encore plus sa voix ronde et chaleureuse. Où?...

#carteblanche RADU BATA, Un match décimal : FRANCE VS ROUMANIE

je me suis toujours demandé: / quel pays est plus fatal ?/ la france et son pourcentage de cathédrales/ ou la roumanie et son folklore paranormal ?

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :