Temps d’arrêt. Sylvain Audet-Găinar

"j’ai beaucoup de mal à considérer cette période de confinement comme un « temps d’arrêt ». Au contraire ! Cette forte contrainte spatio-temporelle a représenté une remarquable occasion d’adaptation. Et donc, d’imagination. Pour mieux la décrire, je comparerais volontiers cette forme d’existence à celle de ces petits éléments colorés tournoyant dans un kaléidoscope. Impossible pour eux de s’extraire de ce maudit tube et pourtant, ils parviennent sans aucun problème à réfléchir et à nous amuser de leurs chorégraphies multiples et imprévisibles. Existe-t-il plus belle attitude face à l’adversité ? "

Temps d’arrêt. Andreea Apostu

Andreea Apostu: "Après une décennie, j'ai recommencé à écrire de la poésie, donc je pourrais dire que le confinement du corps à la maison a été accompagné par un déconfinement intérieur. L'extimité s'est donc traduite dans mon cas par la mise en texte du soi, par la littérature. Je me suis presque entièrement dévoilée – un processus parfois impudique, mais libérateur. L’acte d’écrire a été, je crois, un mécanisme de défense psychologique."

Temps d’arrêt. Stéphane Lambion

Stéphane Lambion: "je pense que le sentiment de traverser une crise collective a permis de relativiser la notion d’intimité et la pudeur qui l’accompagne habituellement – le raisonnement étant plus ou moins le suivant : puisqu’il existe un virus qui nous met collectivement face à ce qu’il y a de plus intime (le rapport à la mort), je peux bien partager des choses de mon intimité – m’extimer – sans que cela paraisse impudique ou déplacé (au contraire, un tel partage ne peut que renforcer le sentiment de collectivité).

Le fait que beaucoup se soient confrontés à l’expérience de l’extimité par la création est une très belle chose."

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :