Temps d’arrêt. Sylvain Audet-Găinar

"j’ai beaucoup de mal à considérer cette période de confinement comme un « temps d’arrêt ». Au contraire ! Cette forte contrainte spatio-temporelle a représenté une remarquable occasion d’adaptation. Et donc, d’imagination. Pour mieux la décrire, je comparerais volontiers cette forme d’existence à celle de ces petits éléments colorés tournoyant dans un kaléidoscope. Impossible pour eux de s’extraire de ce maudit tube et pourtant, ils parviennent sans aucun problème à réfléchir et à nous amuser de leurs chorégraphies multiples et imprévisibles. Existe-t-il plus belle attitude face à l’adversité ? "

Temps d’arrêt. Augustin Cupșa

"C’est le bon moment pour chercher de petits groupes émotionnellement pertinents, pour faire des choix mieux réfléchis, le temps pour la méditation et pour la nature. Selon le professeur Paul Freedman, de Yale, même les habitudes alimentaires vont changer, nous allons cuisiner davantage à la maison, nous allons manger plutôt dans un petit bistrot que dans de grands restaurants. Quant à moi, je pense que ce serait mieux de manger sur la plage et de nourrir les mouettes."

Temps d’arrêt. George Bodocan BODO

"Deux jours après le déconfinement, je suis allé en mobylette jusqu’au bord de l'océan, à 100 km de chez moi. Je voulais regarder l’horizon, regagner et ressentir une certaine sensation d'infini, de liberté. (...) S’il y a six mois on pouvait encore rêver qu'on va revisiter la Lune bientôt, après ce virus qui nous a mis à l'arrêt je me rends compte qu'il y a encore pas mal de choses à régler sur la Terre. "

Temps d’arrêt. Irina-Roxana Georgescu

"J’ai commandé compulsivement des livres : j’en ai dévoré certains, j’en ai lu partiellement d’autres, car la vie est trop courte pour lire de la paperasse. La fréquentation de la bibliothèque m'a manqué. J'ai raté le printemps, une saison que j'aime. Ștefan Manasia m’a offert des jumelles grâce auxquelles j’ai observé (de manière fragmentaire, furtivement) le monde végétal dans sa continuelle explosion, indifférent à nos inquiétudes, et l’agitation des oiseaux aux environs de l’immeuble où j’habite. "

Temps d’arrêt. Andreea Apostu

Andreea Apostu: "Après une décennie, j'ai recommencé à écrire de la poésie, donc je pourrais dire que le confinement du corps à la maison a été accompagné par un déconfinement intérieur. L'extimité s'est donc traduite dans mon cas par la mise en texte du soi, par la littérature. Je me suis presque entièrement dévoilée – un processus parfois impudique, mais libérateur. L’acte d’écrire a été, je crois, un mécanisme de défense psychologique."

Temps d’arrêt. Stéphane Lambion

Stéphane Lambion: "je pense que le sentiment de traverser une crise collective a permis de relativiser la notion d’intimité et la pudeur qui l’accompagne habituellement – le raisonnement étant plus ou moins le suivant : puisqu’il existe un virus qui nous met collectivement face à ce qu’il y a de plus intime (le rapport à la mort), je peux bien partager des choses de mon intimité – m’extimer – sans que cela paraisse impudique ou déplacé (au contraire, un tel partage ne peut que renforcer le sentiment de collectivité).

Le fait que beaucoup se soient confrontés à l’expérience de l’extimité par la création est une très belle chose."

Temps d’arrêt. Grégory Rateau

"Dans ce climat de repli sur soi national, de paranoïa générale, d’inégalités criantes, de chômage pour les uns, nous l’avons vu, les tensions y sont allées bon train. Certains ont préféré tout banaliser, hurler sur les réseaux sociaux, allant même jusqu’à dénaturer le sens des mots dictature, privation de nos libertés, état policier, sans se demander une seconde quoi en faire de cette fameuse liberté. Il est vrai qu’une dictature nous aurait sans doute privés du droit même de nous en offusquer."

Temps d’arrêt. Florentina Postaru

Florentina Postaru:
"En bas, j’entends le postier qui continue courageusement sa distribution. Il vient livrer notre nouvelle imprimante. L’ancienne a rendu l’âme au moment de nous offrir nos précieuses autorisations de sortie.
Je me précipite pour tout désinfecter, le contenu comme le contenant et chasser la moindre trace de virus. Si nous avions encore du papier l’imprimante fonctionnerait parfaitement.

Une fois par semaine nous partons en expédition « courses pour manger ». J’ai appris à Vincent comment bien faire la queue avant l’ouverture du magasin et tous les deux, nous nous amusons à revivre mon enfance sous Ceausescu: on laisse le sac attendre à notre place avant de s'éloigner discrètement sans le perdre de vue.

Miracle! Aujourd’hui nous avons trouvé de la farine."

Temps d’arrêt. Geneviève Damas

Geneviève Damas: "Au début, j’ai tenu des chroniques du confinement pour le journal Le Soir, dans le désir de maintenir quelque chose de mon monde ancien : rester écrivain et comédienne, garder quelque chose de la tension entre sphère publique et privée. Au bout de trois semaines, cela perd son sens."

Temps d’arrêt. Jean Mattern

Jean Mattern: "Le confinement a provoqué un anéantissement volontaire de toutes nos fonctions sociales, afin de préserver nos fonctions vitales biologiques. J’ai trouvé quelque chose de très beau dans cette volonté collective de mettre la vie au-dessus de toutes les autres considérations, économiques ou politiques.
J’ai appris à vivre avec une seule personne, pendant deux mois, sans que cette relation soit enrichie par le tissu professionnel, amical et social au sens large."

Temps d’arrêt. Muriel Augry

Muriel Augry: "Un insolite « no man’s land » temporel. En effet tout repère fut réduit à néant, pendant les deux ou trois longs mois qu’il s’installa en Europe. Le lundi était semblable au mardi, le mardi au mercredi et rien ne distinguait les jours de la semaine de ceux du week-end. Les jours, mais aussi les heures se rétrécissaient ou s’allongeaient, sans mobile réel. Mais cette confusion, qui aurait pu se révéler un handicap, devint  richesse infinie."

Temps d’arrêt. Georges Banu

A l'heure de la réouverture des portes, nous marquons, sur le seuil, un temps d’arrêt.
Georges Banu:
"Ma femme a voulu sortir un jour et, prise d’inquiétude face au désert urbain, est revenue et nous nous sommes consolés en regardant la vue de la rue Rivoli de notre balcon qui semblait être une peinture métaphysique de De Chirico." 

Confinement magique. Tranches poétiques #2

Tranches poétiques. Titres en français, poètes de Roumanie:

chanter bouche close
la voie du serpent
la moquette de Klimt
le collier de cailloux
la ventolière en plastiques
l'étoile la plus triste
ș.a.m.d., ș.a.m.d...

blues pour chevaux verts

#carteblanche Dana Grigorcea, Cadres de mémoire

Dana Gricgorcea: "Je ne m’y connais pas vraiment en cadeaux spécifiques à mon pays, à part les fromages – j’apporte de la « brânza de burduf » ou de la « telemea » en Suisse et j’emmène du Gruyère surchoix en Roumanie - et des desserts..."

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :